Mille cosmos n°2 La mort est-elle écologique ?
search
  • Mille cosmos n°2 La mort est-elle écologique ?

Mille cosmos n°2 La mort est-elle écologique ?

18,00 €
Aucune taxe

De l’intime au politique, MILLE COSMOS retourne le grand compost

À l’heure où l’on cherche à triompher sur la mort alors qu’on la répand partout, MILLE COSMOS invite à repenser la mort comme une force de vie et de connexion aux autres humains et non humains.

Dans ce numéro, MILLE COSMOS s’interroge sur la dépossession et la pollution des corps de nos mort·es, et enquête sur le délitement des liens entre communautés animales et humaines inhérent à tout processus d’extinction. Revenant sur le grand cycle de la matière, nous partirons questionner les nouveaux espaces de sépulture, interrogerons la temporalité des luttes et mettrons en avant les initiatives citoyennes qui tentent de soumettre l’État à ses devoirs quant aux enjeux de santé.

Quantité

 

Paiment sécurisé

  Livres de qualité

l'ensemble de nos sélections proviennent d'éditeurs indépendants et de qualité !

  Livraison et service public

Pour soutenir les services publics en France, l'essentiel de nos livraisons se feront par La Poste.

De l’intime au politique, MILLE COSMOS retourne le grand compost

À l’heure où l’on cherche à triompher sur la mort alors qu’on la répand partout, MILLE COSMOS invite à repenser la mort comme une force de vie et de connexion aux autres humains et non humains.

Dans ce numéro, MILLE COSMOS s’interroge sur la dépossession et la pollution des corps de nos mort·es, et enquête sur le délitement des liens entre communautés animales et humaines inhérent à tout processus d’extinction. Revenant sur le grand cycle de la matière, nous partirons questionner les nouveaux espaces de sépulture, interrogerons la temporalité des luttes et mettrons en avant les initiatives citoyennes qui tentent de soumettre l’État à ses devoirs quant aux enjeux de santé.

SOMMAIRE


Au sommaire du dossier « LA MORT EST-ELLE ÉCOLOGIQUE ? » :

  • Grand entretien avec le militant Ailton Krenak sur les résistances autochtones au Brésil : comment continuer à s’enthousiasmer pour tout ce qui vit et lutter pour ça perdure alors que le monde s’écroule ?

  • « Ce qu’animaliser veut dire » : entretien avec Kaoutar Harchi au croisement entre spécisme, racisme, sexisme et classisme.

  • « Le deuil des oiseaux » : entretien avec le philosophe australien Thom Van Dooren sur la double question de l’extinction et du deuil animal

  • Nécropolitique environnementale : enquête de la journaliste Alice Lefilleul à Fos-sur-Mer, à partir d’un procès en cours lancé par une quinzaine de riverain·es contre ArcelorMittal et Esso

  • « Le grand compost », immersion imagée par Marianne Tricot dans le cycle de la matière organique

  • « Les pissenlits par la racine » : reportage sur les nouvelles initiatives de naturalisation des cimetières, à partir de l’exemple du Souché, par Maya Mihindou

  • « Pour un monde peuplé de bâtards et de bâtardes pluri-temporel·les », un manifeste de Benjamin Delaveau

  • Artiste invité : Jesús Cisneros Laguna

Également au sommaire de ce numéro :

  • « L’Île », portfolio de la photographe Yohanne Lamoulère dans le delta du Rhône

  • « Du collectif pour nos forêts », un article de Roméo Bondon, photographies de Léa Habourdin

  • « La forêt remercie les mousses », traduction inédite d’un extrait de Gathering Moss de Robin Wall Kimmerer

  • Adaptation graphique d’extraits de Dans l’œil du crocodile de Val Plumwood, par Diane Étienne

  • Entretien avec le scientifique Timothée Brochier autour de la communauté sous-marine au large de Dakar, accompagné d’enregistrements sonores.

Et encore d’autres expériences de réflexion, d’immersion…

La mort est-elle écologique
2 Produits
Commentaires (0)
Aucun avis n'a été publié pour le moment.