search

Fukushima et ses invisibles - Cahier d'enquêtes politiques (Collectif)

16,00 €
TTC

Le 11 mars 2011 un tsunami ravage la côte nord-est du Japon. Les jours suivants, trois réacteurs explosent dans la centrale nucléaire de Fukushima-Daiichi. À cette catastrophe s’en est ajoutée une autre : la gestion gouvernementale du désastre. Loin d’être un « accident » désormais « sous contrôle », le drame se poursuit par mille conséquences plus ou moins visibles : pollution, déplacements de populations, bouleversement des intimités. À travers le récit de six activistes japonais, ce livre tente de penser autrement le désastre nucléaire. Un phénomène qui remet en cause la texture même de la matière doit, aussi, être abordé comme une catastrophe métaphysique.

Quantité

 

Paiment sécurisé

  Livres de qualité

l'ensemble de nos sélections proviennent d'éditeurs indépendants et de qualité !

  Livraison et service public

Pour soutenir les services publics en France, l'essentiel de nos livraisons se feront par La Poste.

[...]

L’après-midi du jour de séisme, les transports publics ne marchaient plus à Tokyo, nous n’avions plus aucun moyen de rentrer à la maison, en tout cas pour tous ceux qui vivaient en banlieue. Des dizaines de milliers de gens marchaient jusqu’à chez eux, c’était une scène spectaculaire. Un ami m’avait prêté un vélo pour aller de Shinjuku à Kita-ku, il y a un peu moins de dix kilomètres, je suis donc rentré à la maison de cette manière. Heureusement, tout allait bien chez moi. J’ai allumé la télévision, vers 18 h ou 19 h je crois me rappeler, et j’ai vu un flash d’information qui parlait de la centrale de Fukushima-Daiichi, ils disaient que le système de refroidissement était tombé en panne. Comme j’avais déjà quelques connaissances sur le nucléaire avant l’accident, j’ai tout de suite compris l’ampleur de la situation, j’ai réalisé intuitivement que Tokyo ne serait pas à l’abri.
J’ai alors surtout pensé à protéger ma fille contre les radiations, je suis immédiatement allé à la pharmacie demander
des pastilles d’iode, mais il n’y en avait pas. Les pastilles d’iode ne sont pas des produits qui circulent normalement ; faute de mieux, j’ai acheté de la teinture d’iode. J’en ai dilué et ma fille et moi en avons bu.

Fukushima & ses invisibles
1 Article

Fiche technique

Auteur·ice
Cahier d'enquêtes politiques
Genre
Critiques sociales
chat Commentaires (0)
Aucun avis n'a été publié pour le moment.